29 décembre 2010

Dyson ou la force persistante de l'innovation produit

crédit photo
On pourrait croire, à considérer les évolutions des pratiques marketing, que la politique de produit perd son importance.

Dyson nous rappelle que même dans un marché en voie de commoditisation, il y a encore et toujours des possibilités d'invention et d'innovation.  Le cas est remarquable dans la mesure où Dyson va au-delà du design et réinvente littéralement des objets dont la forme technique semblait figée depuis des décades, tel le Air multiplier - ventilateur sans pales. Une ingénierie ludique, inventive certainement, peut-être disruptive - c'est à discuter.

L'exposé réalisé par  Delphine Brouzes, Mélissa Martorell Luque, Alexia de Gerlache et  Hanna Kaddour de la Licence 3 eco-gestion de Paris Ouest en donne un aperçu particulièrement agréable à lire.

21 décembre 2010

Powerade - retour sur le positionnement

On connait tous le vieux dilemme de l'adaptation et de la standardisation en marketing international, jusqu'au jour où un cas nous montre avec force que les conditions locales du marché peuvent imposer des positionnements radicalement différents sans que le produit ne soit profondément touché. Le positionnement est au fond une notion infiniment flexible et le produit un prétexte. Le cas  de Powerade illustre à merveille que les produits comptent moins que ce qu'on en dit et que ce qu'on en pense. Un accord sur ce qui doit être, mais pas forcément sur ce qui est.

Dans le cas de Powerade, il s'agit d'une boisson aromatisée et enrichie en minéraux qui est une des belles marques de Pepsi Cola. Deux images suffiront à la démonstration.

Sur le site français c'est l'hydratation du corps qui est mise en avant, le nageur bleu en est la pièce à conviction, le calculateur la demonstration. Un lien institutionnel aux centre sportif est maintenu. La boisson est générique. Le thème est l'équipement du corps.

Sur le site US, le rouge plus agressif met en scène un produit avancé qui marche aux ions et surtout des héros du stade traité cinématographiquement. Nous sommes dans le spectacle, dans la boisson d'effort et d'énergie. On joue sur l'émotion.

Reste à connaitre les raisons de cette différence : une meilleure implantation dans l'imaginaire américain? Une meilleure acceptation qui permet de jouer sur le registre de l'identification et de l'affect alors qu'en france, ce type de boisson aurait encore à trouver sa pleine légitimité en étant utile, et recommandée par les partenaires et institution? Il reste à en faire l'étude.



12 novembre 2010

Darty : l'éternel contrat de confiance

Darty n'a pas attendu l'internet pour faire de la relation le socle de sa stratégie marketing.

C'est dès 1973, que les contrat de confiance est élaboré (Pour le lire c'est ici) et encore aujourd'hui c'est un des meilleurs exemple de ce lien étroit entre confiance et engagement qui fait la profondeur d'une relation de qualité. Et pour la défendre et être capable de répondre aux demandes de SAV qui s'éléve à 10 000 par mois (mail uniquement), une organisation renouvelée.

Le service reste au centre de la stratégie et si l'entreprise c'est engagée sur les marchés du net (Darty Box), c'est dans le même esprit qu'elle poursuit ses adaptations au marché, avec succès en dépit de la crise. Et très récemment ( depuis quelques heures) c'est sur Twitter que Darty engage la conversation avec le @confianciologue.  Pour en savoir plus on consultera ce dossier .



Crédit photo

25 octobre 2010

Flying Blue

Ce programme qui a succédé à Fréquénce+, intégrant le programme de KLM est un des beaux exemples de réussite de programme de fidélisation. Il porterait sur 17 millions de passagers, pèserait près d'un milliard d'euro de passif, et même si ces chiffres sont incertains, représente ce qui est un très gros budget marketing.

Il connait depuis quelques années des problèmes avec la nécessaire réductions des avantages accordées, une réglementation de l'usage des point plus sévère, et plus généralement la crise de l'industrie du transport aérien. C'est sans doute à la déception qu'il doit se concentrer.

Les alliances joue un rôle précieux. Les accords avec American Express sont stratégiques. La valeur d'un programme dépend des avantages qu'il accorde plus nombreux sont-il et meilleur sera le programme.
Crédit photo

Starbuck Coffee

L'enseigne est devenue un des classiques des cas de marketing. Notamment pour la rubrique expérience. On les applaudit de vendre si cher une boisson commune, simplement en faisant de ses points de vente des sortes d'oasis cool dans la ville. A tout moment et tout heure ( On ne dira jamais assez que dans la restauration le coût principal est un coût foncier et que son amortissement favorise le 24/24 7/7).

Elle doit cependant maintenir et défendre sa ligne. On notera que ce type de marque symbolique qui est établit dans la plupart des grands centres de la planête, peut jouer un rôle qui dépasse le service, pour devenir un véritable médias, avec des goûts musicaux, esthétiques et moraux. C'est dans cette direction que tend le renouvellement de la marque.


Quelques source de réflexions

Références

8 octobre 2010

ça se passe comme ça chez McDonald.

MacDonald est un cas passionnant. L'archetype de la standardisation international qui a infléchit sa stratégie pour une meilleure adaptation dans la globalisation. L'illustration rêvée de l'importance de la légitimation dans les stratégies marketing. 

Un cas remarquablement de transformation la promesse centrale en une autre : loin est l'époque du Fasfood, c'est sur les terres de Starbuck que l'enseigne plante le camp. A plus d'un titre le cas Mcdonald peut nourrir nos réflexions sur le marketing et le management.


Mais dans ce post portons l'attention sur un aspect très opérationnel du cas : l'usage des technologies de l'information pour l'amélioration tout azimuth de la qualité de service, le renforcement de la relation client, la production d'une expérience véritable. Dans le travail de nos étudiants du Master MSI, sans doute l'analyse n'est pas assez poussée, et une meilleure grille de lecture aurait pu être employée. Mais il a l'avantage de mettre en évidence un fait remarquable : c'est en multipliant l'adoption de petites innovations que la stratégie marketing est opérationnalisée. Pas de grand système CRM, pas d'approche intégratrice des technologies, mais le saupoudrage à des moments clés du processus de service d'innovations particulières qui améliorent l'ensemble. 

On sera frappé par le caractère pénétrant des technologies, qui s'instillent dans toutes les composantes de la stratégie marketing.




credit photo

5 septembre 2010

Meetic - tonneau des danaides?


Meetic comme ses concurrents ( Match.com, frienster, …) est un réseau particulier dans le sens ou la motivation est spécifique : trouver un partenaire pour la vie ou une nuit, pour converser ou commercer, un réconfort ou une excitation. Les uns et les autres varient dans leurs offres selon que la liaison est sérieuse ou libertine, générale ou confinée à un type d'orientation, assistée par des calcul d'affinité ou laissé à l'inititive, ouvert ou fermé sous la forme de club.

Dans le cas de Meetic, le modèle d'affaire est fondé sur l'abonnement. Un abonnement relativement court puisque dans la pratique elle n’excède pas 6 à 8 mois. De manière amusant la fidélité véritable des clients conduit à l'infidélité au site. Même si le montant engagé est élevé, la marque doit renouveler de manière continue son portefeuille. L'acquisition joue un rôle central, mais si son bassin est limité.
Il se constitue d'une part des nouvelles générations, encore qu'on peut se demander si celles-ci ne sont pas déjà utilisatrice de ces services sur d'autres supports. Mais surtout de ceux qui à nouveau esseulés se lance dans la recherche d'un partenaire. Les statistiques si on s'en tient au nombre de divorces sont de  l'ordre de 150 000 par an ( pour plus de détail voir l'INSEE).  Sans compter les autres séparations, et les plus jeunes.

Mais si le renouvellement constant de la population assure l'avenir, il n'oblitère pas une politique ferme d'acquisition. Celle-ci se traduit par la dépense de la moitié du chiffre d'affaire : « Acheter des clients entre 30 et 40 euros (le coût d'acquisition des abonnés) qui génèrent 100 euros de chiffre d'affaires (ils dépensent en moyenne 17 euros par mois, restent en moyenne six mois et demi). » (Guillemette Faure rue 89 -)

Quand Jean-Marie Reyt s'interroge sur cette stratégie, il le fait avec raison mais sans doute néglige le caractère très opérationnel de cet investissement hors du commun. Dépenser 30 à 40 euros, signifie 30 à 40 clics, en supposant les liens efficaces (2%) cela revient à toucher 2000 contacts au moins pour renouveler les 4/500.000 abonnés perdus. Concurrence ou non, le coût d'acquisition est le prix à payer pour convaincre les célibataires malheureux à s'engager. Si quelques  millions arrivent sur le marché chaque année, il s'agit d'en conquérir au moins 3 à 4%. La pénétration compte. Même sans concurrent la marque serait certainement amenée à maintenir l'investissement. Que cet investissement  joue un effet de barrière, sans aucun doute.

Dans tous les cas, un cas à suivre.




26 juin 2010

impressions numériques et personnelles

Certaines technologies sont discrètes mais essentielles. Dans l'univers du marketing l'impression numérique est sans doute la technologie qui a et qui aura le plus d'importance dans les pratiques. Permettant les petits tirages, et facilitant la personnalisation des documents, à des échelles de plus en plus vaste, plus que l'internet ce sont ses outils qui permettent les pratiques actuelles.

Au-delà de l'industrie du marketing direct, l'impression numérique transforme en profondeur l'industrie textile, l'édition, et l'industrie du packaging. Et dans chacun des cas, elle assure le dernier maillon de la chaine de la personnalisation. On ira voir ici quelques éléments factuels produits par le spécialiste du domaine : Frank Romero du Rochester Institute of technology. Si ces technologies sont apparues dès 1993, leur impacts croissant vient de l'accroissement continu de la définition, de la taille des documents, de la vitesse ( des centaines de pages par seconde) mais surtout des échelles grandissante de production auxquelles elles surpassent les technique de l'offset. On consultera les publications d'Interquest pour plus de détail sur l'économie du secteur.

Ainsi l'impression numérique a pour effet principal de transformer le papier en écran numérique, les possibilités technique et économique permettent d'obtenir sur le papier les même fonctions que sur un écran, finalement. Celà d'autant plus facilement, que les offreurs de solutions ( HP, Xerox, Kodak, Riso...mais aussi les spécialiste de la GED tels que CINCOM) associent à l'imprimante, des solutions logicielles pour gérer les documents. Ces solutions forment le coeur de cette nouvelle industrie. En permettant d'aller chercher dans les bases de données des éléments d'information variés, des documents personnalisés peuvent être composés puis produits. Ils seront diffusés sous forme numérique, ou papier. Le support compte finalement peu, c'est l'intégration de la chaine documentaire et de la chaine d'édition qui devient essentielle. L'imprimante n'est alors plus qu'un terminal comme les autres, et la production peut alors se faire au plus près de la consommation. Nous en somme au stade du PoD ( Printed on Demand).

Il est assez évident que les solutions matérielles et logicielle ouvre depuis plusieurs années un champ immense d'applications et de modèles d'affaire. C'est le cas notamment pour le marketing direct de cette approche à la dénomination malheureuse, mais importante : la transpromo.  L'association des bases de données dcumentaires ( GED), des systèmes CRM, de l'éditique, et de l'impression numérique permet aujourd'hui de transformer n'importe quel document transactionnel ( une facture) en un support publicitaire. Toute la production documentaire de l'entreprise, devient un média à part entière.



Crédit photo

7 juin 2010

Amazon - l'art du catalogue

Le cas amazon est exemplaire à plusieurs titres :
  • Moteurs de recommandation et de personnalisation
  • Usage du web social : contenu, affiliation..
  • Pratiques du cross selling et gestion tarifaire
  • Logistique
  • Exploitation de la longue chaine
On ne sera pas étonné qu'il soit largement étudié. Voici une série de liens qui en analyse les secrêts depuis 1996... 


5 juin 2010

Vodaphone : pricing from England to india

La question des prix est une des plus difficile en marketing international.

Le cas Vodaphone étudié par nos étudiants du Master AINI en est une bonne illustration : la comparaison des modèles anglais et Indien, montre à l'évidence qu'il n'y pas pas de solution universelle et que la politique de prix doit coller étroitement aux conditions locales de revenus, d'habitudes, d'usages.

Et pourtant vodaphone est présent dans plusieurs dizaines de pays.







30 mai 2010

E-bay - Un bazar Global

E-bay a inventé un modèle. Une place de marché globale où le divers peut trouver une demande. Un cas emblématique.

Un cas remarquable au-delà du modèle d'affaire, pour étudier des éléments clés du commerce électronique : les institutions de confiance, l'éducation des utilisateurs.

En voici un aperçu plutôt bien documenté qui servira de point de départ à d'autres travaux.


Lufthansa -

Les programmes de relations client sont désormais intrinsèque à l'industrie du transport aerien. Peut-on imaginer une compagnie sans programme? Pour changer le cas de la Lufthansa qui afficherait aujourd'hui le plus vaste programme européen.


crédit photo

Ferrero - l'idole des cas.

Kinder, Mon Chéri, Nutella. Les marques de Ferrero sont des stars. En témoigne le succès en nombre de fan sur les pages respectives de ces marques sur les réseaux sociaux. Un cas dont les étudiants d'école de commerce raffolent. Et il y a plusieurs bonnes raison pour les encourager.

Une première réside très certainement dans la gestion des marques, et cette capacité remarquable de leur insuffler un attachement particulier, une certaine chaleur et affectivité. Bien sur le lien à l'enfance, à ses gourmandises, est essentiel, mais d'autres n'y réussisent pas aussi bien.

Une seconde est que c'est un cas remarquable de segmentation, même si celle-ci est extrêmement simple et s'appuie sur les stades de développement de l'enfance, et sur l'observation malicieuse de ce qui fait le plaisir. Autant tant l'oeuf satisfait les tout jeune enfants qui curieusement favorise l'objet sur le goût, la véritable gourmandise n'arrivant qu'à l'adolescence. Il y a la un sujet encore à traiter.


Une troisième doit être donnée au style de management, qui semble être une autre illustration des réussite du management nord-italien.




crédit photo

24 mai 2010

Playmobil de Geobra

Une chose curieuse dans le monde du jouet est la persistance et la quasi-universalité de certaine réussite : Mecano, Lego, Barbie, et les playmobil, sont quelques une de ces marques qui traversent les générations et confrontées à l'enfance semble ne jamais grandir.

Même l'époque digitale ne semble pas avoir de prise d'autant plus que ces marques s'y ajuste. Playmobil fait partie de ces marques. En voici une étude faire par les MSG de Paris ouest


21 mai 2010

Special K - Kellog's on air


Avec le programme spécial K , Kellogs a très certainement réussite une performance en accompagnant l'attente d'une gourmandise légitime et maitrise grâce justement à la constitution d'une communauté digitale d'entraide et d'un programme de coaching.

Voilà qui suffit d'en faire un cas emblématique sur la réussite d'une stratégie de marque communautaire. Ce n'est pas le seul mais un des plus aboutis.





crédit photo

20 mai 2010

Leroy Merlin - Une relation habitée

Il aura fallu simplement d'écouter pour découvrir à quel point la relation client n'est pas qu'une question de technique mais d'attention. Une attention qui conduit à considérer les clients comme des habitants, des sujets prêt à partager avec l'enseigne le coeur de leurs projets d'habitant.


Une attention intense et modeste qui conduit une large partie des collaborateur à visiter trois fois par mois les maisons de leurs clients et à s'attacher à leurs projets.

Décidemment la relation client est aussi une affaire d'empowerment, de culture, d'un engagement de toute l'organisation dans une entreprise qui s'est donné une responsable de la voix du client..
On développera sur ce cas remarquable...qui trouvera dans le web très certainement d'autre voies de développement.

Michel et Augustin - la simplicité de l'enfance


La marque Michel et Augustin a ceci de remarquable qu'elle associe avec grâce des idées de simplicité, de nostalgie, de qualité.

La vache qui a une bien longue lignée de personnages maternel, parfois bourru, légèrement délirant à l'image de la vache qui rit, suffit à peupler l'imaginaire de la marque. La vache dans sa rumination est aussi symbole d'une certaine sagesse, sans compter les Normandes et leurs cousines hindoue qui se couche aux carrefours. Son traitement ici à la manière des albums enfantin,  la douce ironie qui l'irradie. Un air de nostalgie. Sa simplicité est à la fois cette esthétique naïve mais aussi une certaine forme de morale exigeante en matière d'authenticité, de  bien-être, de cette éthique qui limite l'action à ne produire aucune nuissance, une morale de modestie.

Un élément remarquable est la taille de l'aventure, petite au regard de celles des concurrents, et l'astuce marketing d'une distribution sélective et une manière presque militante de la mettre en oeuvre.

La marque n'est pas seule sur ce positionnement, et d'ailleurs on peut se demande si la présence d'autres ne la renforce pas. Avec l'irruption des smoothies d'Innocent où de  des Ben and Jerry's, c'est un autre rapport aux marques qui se construit avec la tendresse d'un week-end en normandie, les pots de confitures, et des dessins d'enfants


1 mai 2010

Moulinex aussi à Téhéran


Passer quelques jours à Téhéran est une expérience particulière. On y comprend d'abord le problème d'un pays géo-politiquement installé dans une position menacée, et l'on peut comprendre au delà de manifestations excessives, des positions simplement très nationalistes dominent. L'histoire a fait qu'une révolution s'y est produite à la fin des années 70, une récolution islamiste qui a mis le clergé au centre du pouvoir. On peut en occident y voire un côté contre-révolutionnaire.


Mais notre propos n'est ni moral, ni géopolitique, il tient à souligner qu'une société particulière s'est constituée. Cette société prône dans la vie publique, un jansénisme affirmé, ce que d'autres appelleraient une forte pudibonderie, mais qu'au-delà des jugements, nous devons considérer l'imposition de valeurs qui excluent de l'apparence publiques nos symboles ordinaires de l'expression de soi.


Un regard paresseux sur les silhouettes discrètes des femmes ne peut qu'apercevoir et s'étonner, que la discrétion du costume concentre dans un visage toute la force de ce désir bien humain de dire ce que l'on est. La mèche blonde, des rimmels profonds aux courbes prononcées, un rouge au lèvres épais, des poudres savamment posées, concentrent sur le visages toutes la force de désirs qui ailleurs s'étendent au corps tout entier. L'Iran est le 7ème consommateur de cosmétiques. Cela n'est qu'un signe, il se concentre au nord de Téhéran dans une population bourgeoise qui respectant la règle du foulard en a fait une écharpe à l'arrière de la chevelure. La norme n'efface pas le désir, elle le contient sans doute, mais l'oriente surtout.


Dans cette société qui a accepté que sa loi soit donnée par les religieux, la distribution de l'espace social fait de la rue l'espace des valeurs officielle mais laisse à la maison un royaume pour la vie personnelle. On cherchera en vain des boutiques de mode, même si en cette période dure, les soldes offrent des jean Diesels à moins de 30 euros. Non les magasin les plus fréquents sont relatif au mobilier, aux Tapis, à l'amenagement intérieur, la décoration. Et l'electromenager.


Le coeur de la consommation, à la veille de Norooz, ne se constitue pas par les biens ostentés, mais dans ce qui fait de leurs intérieurs des royaumes, des nids, des triomphes aussi forts qu'ils sont personnels. Et pour comprendre cela, quelqu'un m'a aidé, en m'emmenant au cœur d'un quartier populaire, dans un supermarché populaire, dont le facteur compétitif réside dans le droit d'octroyer des crédits garantis à ce petit peuple de fonctionnaires, vivant de peu, mais jouissant du soutien de ses ministères.


Dans ces boutiques, l'électro-menager est roi. Et parmi ces rois, certains sont des marques étonnantes, Moulinex parmi les autres. la marque du groupe SEB trouve dans ces rayons une place de choix. Icône de qualité pour des intérieurs bien gardés. Il y a la un joli cas d'anthropologie interculturelle.

Unilever


S'il faut animer une session sur le portefeuille de marque, un très beau cas est celui de Unilever, et son programme path to growth de 2000 à 2006 de réduction de 4000 marques à simplement 400 marques globales ou méga marques.

Polaroid - la marque est une Jouvance


Condamné à disparaitre Polaroid est toujours là. Même ses produits ne veulent pas mourir. C'est un des cas emblématique de ces marques glorieuse dont le produit fait face à un irrésistible déclin. La compagnie manque de disparaitre en octobre 2001, et à nouveau en 2008. Et pourtant en 2010, la marque nomme Lady Gaga comme directrice artistique, et parallèlement se met en place l'Impossible projet de relancer la production des films, et tout récemment un nouvel appareil.

Un cas remarquable dont qui aura été étudié en profondeur par Tripsas et Gavetti dans SMJ en 2000, et qui met en évidence les rigidités à l'innovation qui a empêché Polaroid de s'adapter à la nouvelle donne en innovant désesperement avec le développement d'imprimantes. Un cas qui mérite aussi d'en étudier les facteurs de résilience.

Est-ce la valeur de la marque (nostalgie des années 80) et la passion de ses afficionados? Le fait que les médias ne meurt jamais et peuvent trouver dans des niches plus étroites que les marchés de leur gloire un espace où prospérer? Un concours de circonstance?

Un jour, une image, peut être assez pour déjouer les plans de la mort par le génie de la création.


 

Lire aussi : - Kodak, Clic Crack.

18 avril 2010

L'Occitane en Provence - un succès international


Il y a des marques discrètes qui s'affirment moins que d'autres.

Dans le monde de la cosmétique, l'Occitane fait partie de ces chaines qui ont réussi à l'international. Avec plus de mille points de vente à travers le monde, et de manière équilibrée, en s'appuyant sur l'origine d'un pays, la Provence, L'Occitane s'est taillé un petit empire.

Nespresso - inégalé!

Le cas Nespresso est un cas d'école.

Un modèle de réussite, une ingénierie savante du marketing qui reconnait le caractère expérientiel de la consommation de café, ce rituel ordinaire, adopte les stratégies de l'électronique : installer des bases et vivre du consommable, tout en se dotant des codes du luxe, et de la maitrise au plus haut point d'une commercialisation totalement relationnelle y compris la maîtrise des systèmes d'information. Sans compter un sens aigu de la relation client tel que le note Thierry Spencer dans son blog sens du client à l'occasion d'une l'apparition d'une concurrence nouvelle sur les capsules.


 


SNCF - Un géant de la relation


Il n'est pas besoin d'être en concurrence pour fidéliser. Ne serait-ce que pour faire accepter les transformations majeures de l'entreprise : tarification, filiales, TGV, trains régionaux sans compter le changement de distribution avec le site internet, sans doute premier sites marchand en France, et la gestion des grèves ou des incidents climatiques.

Cette énorme machine à distribuer les billets et assurer l'information, ne serait-ce que la cadence des départs et des arrivée, innove de matière continu et peut être considéré comme un des plus remarquables systèmes de distribution multicanal.

en voici un premier aperçu

FNAC - pour les passionnés

La FNAC est un pionnier en matière de relation client. D'abord, car ses clients fidèles ne sont pas des clients mais des adhérents. Ils participent à la vie de l'enseigne, bénéficie d'un club, d'avantage, d'une communication personnelle, d'un magazine. Il reste ça, d'un passé militant.

L'esprit coopératif des débuts n'a pas entièrement disparu, il en reste cette idée d'une communauté unie par des passions communes, un sens de la qualité, et de l'innovation.

Voir aussi le cas du master MSI Paris-Ouest 2010

Yves Rocher et les végétaliseurs

Yves Rocher est un beau modèle. Dans un registre modeste mais déterminé, la marque a développé des outils remarquables juxtaposant à la vente directe un réseau dense de Boutique, développant des programmes de fidélisations efficace, créant une communauté remarquée et remarquable, les végétaliseurs.

Aujourd'hui sans doute cette approche multi-canal va mériter d'être mieux intégrée, associée, ajustée aux moments et aux lieux que choisit la clientèle pour découvrir, essayer, acheter, commander, partager

Un premier exposé ( le second suit):



Une autre présentation

Nature et Découvertes


Il n'y a pas que les Universités qui se dotent de Fondation! La fondation Nature et Découvertes est sans doute la pierre de voute d'un système de fidélisation soft et crédible. Servir un autre but que la satisfaction des clients, l'appétit des actionnaires, l'Hubris des dirigeants, semble de plus en plus nécessaires aux firmes. Il faudra réflechir au rôle des fondations d'entreprise dans la légitimation des communauté de marque.

Le cas de Nature et Découvertes mérite qu'on s'y intéresse de près, comme celà a été fait ici. On lira aussi la belle interview réalisée par Sophie Rieunier pour Décision marketing

Galeries Lafayette With LaSer

Dans le groupe Lafayette, il y a les Galeries et LaSer, un des principaux acteurs dans le petit monde des grands programmes de fidélisation.

Une étude de cas qui fait le point de la question.

Le club Total


Si les programmes de fidélisation des pétroliers on fait longtemps figure d'abuser les gogo, en récompensant l'achat de milliers de litres par des mugs sans qualité, l'examen attentif du club et de la carte total permet de mesurer le chemin parcouru.

La carte de fidélité laisse définitivement place aux cartes de services.


  • Yann AVOGNIKO, Selim Cavaillé, Adel Halloul, Jacques-Henri Pham Nhat Linh : Club Total

17 avril 2010

Vodka - the arctic race


La vodka est un marché passionnant. Produit populaire de l'alcoolisme soviétique, le produit gagne avec les marques un élan vers un monde de luxe, de sophistication, d'art et de mode. Le jeu des marques s'y exprime dans une grande liberté de ton et d'origine.
  • Un exposé de Razvozzhaeva Elena et Barysevich Olga - Master AINI Paris Ouest 2009/2010.

Starting point

A blog about organizations and their problems of brand, strategy, organization, distribution, price, information system... Anything to think about organizational evolution and beliefs, strategies and practices.