6 janvier 2012

Kodak, Clic Crack

Coca-cola Brownie
Depuis de nombreuses semaine la faillite de Kodak est annoncée. Ses raisons sont profondes et anciennes, elle semblent s'enraciner dans l'incapacité de repenser le modèle de la photographie à l'heure digitale. Alors que la chimie était le domaine de compétence des heures de gloires, les dirigeants n'ont pu ou voulu, reconstruire une autre compétence stratégique. Un bel exemple donc de "path dependancy". La prise au sérieux tardive du digital se serait accompagnée de diversification sans lendemain, la dispersion des ressources aggravant les difficultés.

Une analyse de 2005, en faisait déjà le diagnostic. L'étude de cas de HBR mérite d'être lue ( 2004). L'étonnant dans l'histoire est que la chute à commencer dans les années 2000, que le diagnostic est bien établi depuis 2004. Se pose donc la question de savoir si l'on peut échapperà la malédiction des innovations de rupture? Voir les cas de Leica ou de Polaroid...

La mort annoncée de Kodak ne doit pas non plus faire oublier que Kodak a été a l'origine aussi d'innovation de rupture et que la culture de l'instant en a fait une des très grande réussite de marketing. La présentation imagée de Chris Sandström en donne une belle vision :



D'autres lectures :



et en prime deux poèmes de Blaise Cendrard