23 juin 2012

Monoprix : non au quotidien !

Le tour de force a été largement salué par les professionnels et a vraisemblablement séduit les consommateurs : faire de la marque de distributeur, d'une marque blanche, la plus colorée, la plus ironique, la plus esthétique, variant un concept sur des milliers de produits, contre le junk design, en jouant de Mondrian et de slogans.

Bauhaus, pop art, constructivisme, les références esthétiques de manquent pas. Le cas démontre ainsi la force de l'esthétique en marketing. Qu'il s'applique à la boutique, à l'objet ou ce qu'il contient, un maitre mot reste si ce n'est dans la beauté, dans la maitrise plastique.On le doit à leur agence : Havas city.

En voici une étude de nos étudiants.

22 juin 2012

Un plaisir Innocent

Ajouter une légende
Un plaisir innocent, celui de petits diables dans un corps d'ange. Le positionnement d'Innocent réalise à merveille le triple aspect de la simplicité. Simple à comprendre d'abord, moralement pur et simple comme les simple d'esprits, les esprits innocents, les plantes, esthétiquement simple par l'adoption d'une ligne claire. Et pour donner de la personnalité un certain goût de l'enfance.

Cette simplicité qu'on retrouve chez Michel et Augustin,  se tient aussi bien dans le produit, son packaging, que dans l'engagement dans des causes. La stratégie est cohérente, elle s'appuie sans doute sur l'indulgence que se font les consommateurs, même si les smoothies restent chers et sont au fond un petit luxe, les bienfaits de santé et les bénéfices sociaux, font de sa consommation celle d'un petit saint, la promesse du fruit nu. En voici un aperçu plus détaillé réalisé par des étudiant de la Licence Eco-gestion de segmi :

10 juin 2012

Essulanga - un style d'italie

Un des avantage d'Erasmus est que les étudiants qui viennent d'autres universités peuvent apporter un autre regard sur des sujets classiques. Nos étudiants sont familiers des enseignes de distribution françaises, quelques nom rayonnent d'ailleurs comme Tesco, Aldi ou WalMart, mais on connait peu les enseignes nationales de nos voisins.

Le cas d'Esselunga qu'une de nos étudiantes italienne a étudié amène l'idée que le style peut faire la marque d'une enseigne. Est-ce la tradition d'Arcimboldo ? Le fait est qu'Esselunga a fait sa signature de faire jouer aux produits alimentaires et de grande consommation  les personnages d'une vaste comédie. L'humour et l'art du dessin, l'italianité dans la distribution?

Lacoste : l'histoire d'un repositionnement

Vitrine Lacoste
Les marques trouvent leur légitimité dans l'imaginaire social. Quand celui-ci change, les marques peuvent mourrir et simplement entrer dans la mémoire. Leur survie dépend de leur capacité à renouveler l'imaginaire qui les soutient, même s'il conserve le souvenir des temps anciens. L'imaginaire est un corps vivant que façonne l'histoire. Le cas Lacoste peut illustrer cette théorie. Le repositionnement n'est pas forcement l'effet de changement concurrentiel, mais simplement une nécessité quand quand l'imaginaire qui se fonde se délite et n'a plus de sens que celui qu'il trouve dans les musées.

La marque Lacoste c'est construite dans un univers bien particulier à la frontière de l'olympisme de Coubertin et de cette discipline anglaise qui force le corps de ses jeunes gens, son aristocratie, à exprimer l'excellence et la puissance dans une résille de règles à satisfaire qui expriment l'esprit d'une civilisation. Le tennis fût un sport de gentlemen, celui d'une classe qui relâche son apparence sur les cours, sans jamais perdre son élégance.

Cet univers s'est délité. Le tennis est devenu un spectacle global, la professionnalisation a fait des athlètes des centurions qui pulvérise la vitesse des balles.  Rolland Garros est devenue une arène, la publicité plastronne, la haute technologie absorbe la tension des corde et évacue la sueur des gladiateurs. Difficile dans cet imaginaire de maintenir l'élégance discrète et décontractés des banquiers et des hauts fonctionnaires, des cadres et des avocats. Le repositionnement de la marque dans un environnement plus fashion manifestemment était une nécessité. Moins de tennis pour plus de chic.

En voici une étude réalisé par nos étudiants de licence.